Je vous partage un petit comparatif entre quatre pinceaux, sur papier sec et sur papier mouillé, avec de l’aquarelle.

Et je vous encourage vivement à en faire autant ; c’est instructif et c’est probablement autant de mini-expérience engrangée pour vos aquarelles futures !

Matériel

Les pinceaux comparés sont :

  • un pinceau à lavis petit-gris pur de la marque Leonard no 72 (1) ;
  • un pinceau à poils synthétiques, plat et biseauté de chez Daler-Rowney “Graduate” 1/2 (2) ;
  • un pinceau en martre kolinsky (très réputé en aquarelle et très cher) de Raphaël 8413 taille 4 (3) ;
  • un pinceau à réservoir d’eau, poils synthétiques, de Faber-Castel (4).
De haut en bas : petit-gris pur pour lavis Leonard (1) ;
poils synthétiques, plat et biseauté Graduate Daler-Rowney (2) ;
martre kolinsky Raphaël (3) ;
à réservoir d’eau, poils synthétiquse Faber-Castel (4).

La couleur est un alizarine cramoisie de Daler-Rowney utilisé pur, en jus. Je l ‘ai préparée en avance de sorte à en avoir assez, sans modifier une seule fois le jus, pour les huit tests.

Le papier utilisé est du 200 g No 3 de Gerstaecker.

Résultats

Dans les huit cas, j’ai fait à peu près les mêmes gestes : une spirale façon fleur et une courbe. Puis j’ai rajouté des petites touches (en bas à droite).

Sur papier sec :

Dans le mouillé :

En haut à gauche : pinceau à lavis petit-gris pur Leonard (1) ;
à droite : pinceau à poils synthétiques, plat et biseauté Graduate Daler-Rowney (2)
En bas à gauche : pinceau en martre kolinsky Raphaël (3) ;
à droite : pinceau à réservoir d’eau, poils synthétique Faber-Castel (4)

Il n’y a pas d’enseignement unique à en tirer. L’important, c’est de constater et de connaître les différents comportements ; cela permet de faire le bon choix en fonction de l’effet désiré le jour où 😉